Le Congo / Le Président

LE PRESIDENT DENIS SASSOU NGUESSO

  • 1943
  • 1960
  • 1970
  • 1975
  • 1979
  • 1986
  • 1992
  • 1997
  • 2002
  • 2009

1943

Naissance de Denis Sassou N’guesso à Edou, au Congo.

1960

Enroulement dans l'armée.

1970

Denis Sassou N’guesso devient membre du PCT (Parti Congolais du Travail).

1975

A 32 ans, il est nommé Ministre de la défense.

1979

Monsieur Denis Sassou N’guesso est élu président du PCT et devient chef de l'Etat.

1986

Monsieur Denis Sassou N’guesso est élu président de l'Organisation de l’Unité Africaine (OUA) et président de la CEEAC (Comité Economique des Etats de l'Afrique Centrale).

1992

Il perd l'élection présidentielle face à Pascal Lissouba et se retire dans son village à Oyo.

1997

Il déclare sa candidature à l'élection présidentielle, mais sa maison à Brazzaville subit une attaque entraînant une guerre civile. Il sort victorieux du conflit et procède au lancement d'une campagne de réconciliation qui favorise le mieux-vivre du pays.

2002

Il est élu président par la majeure partie de la population.

2009

Il est réélu pour un autre mandat, à la magistrature suprême du Congo


Le Président Dénis Sassou N’guesso est une figure importante de la vie politique du Congo. Né en 1943 à Edou, dans le district d’Oyo, il a intégré l'armée en 1960 et reçut une formation militaire en Algérie et à Saint-Maixent en France. Général à la retraite, le Président Sassou N’guesso est un militaire accompli et brillant, qui a loyalement servi son pays dans l’armée et au sein du gouvernement.

Il a, entre autres, été Ministre de la Défense à 32ans, avant de devenir Chef de l’Etat de 1979 à 1992. Ensuite, il accède à nouveau à la Magistrature suprême en 1997. Poste qu’il occupe jusqu’à présent. Réformiste et pragmatique, il a, lors de sa première accession à la tête de l’Etat, fait desserrer les liens de son pays avec le bloc soviétique, l’écartant de ce fait de la voie marxiste-léniniste. Ce choix lui a permis d’orienter son pays vers l’économie de marché. A cet effet, des mesures telles que la privatisation des entreprises publiques, et la lutte contre la corruption, ont été prises. Des reformes politiques comme la libéralisation des partis politiques ont été initiées. Cette libéralisation a conduit à la création de nouveaux partis politiques, ayant abouti à l’organisation d’élections libres et justes en 1992. Il concéda la victoire à Pascal Lissouba, reconnut sa défaite et laissa la place à son successeur.

Malheureusement, le Congo sombra rapidement dans l'acrimonie politique et la violence au milieu des années 1990. Le Président Sassou N’guesso, élu président à la tête du pays après le conflit de 1997, donne des gages pour permettre un retour à la démocratie. En dépit de cet engagement, les combats reprennent en 1998 et conduisent le pays à l’effondrement. Des accords de paix sont finalement signés en 1999, sous l’égide de la communauté internationale, et une nouvelle constitution est rédigée et approuvée par le peuple par référendum en 2001. Des élections ont lieu en 2002 et Sassou N’guesso est réélu pour un nouveau mandat de sept ans.

Sous ce septennat, le Président Sassou N’guesso a initié un processus de transition et de réconciliation qui le vit accorder l'amnistie aux anciens miliciens, nommer des membres de l’opposition politique dans son équipe gouvernementale et lancer des programmes pour le développement économique des régions touchées par la guerre.

En plus de son travail à la tête du Congo, le Président Sassou N’guesso a présidé l'Organisation de l'unité africaine (OUA) en 1986 et joué un rôle de premier plan dans les affaires internationales de l'Afrique. Au cours de son mandat en tant que Président de l’OUA à la fin des années 1980, il a conduit les négociations qui ont permis l’accession de la Namibie à l’indépendance. En 2006, il est encore élu Président en exercice de l’organisation continentale (Union Africaine). A ce titre, il s’est fortement impliqué dans la recherche d’une solution négociée à plusieurs crises telles que celles du Darfour, de Côte d’Ivoire, du Nord Kivu (RDC) et de la RCA. Le Président Denis Sassou N’guesso a aussi œuvré pour le développement de l’Afrique. Pour ce faire, il n’a cessé de promouvoir l’éducation, la santé et l’amélioration des conditions de vie sur le continent en encourageant l'Union africaine et d'autres organismes régionaux à lutter pour l’amélioration des conditions de vie sur le continent. Il a toujours plaidé pour le développement des infrastructures, du commerce et des investissements en Afrique notamment au niveau de l’UA.

Le 12 Juillet 2009, le Président Sassou N’guesso a été démocratiquement réélu à la tête du pays. Son gouvernement a mis en œuvre un vaste programme de réformes économiques, qui inclut la construction et la réhabilitation des infrastructures, le développement du secteur agricole, des mines, des télécommunications, la poursuite des efforts de privatisation et l'assainissement du climat des affaires avec l'introduction d’un nouveau code des investissements. Pour atteindre ces objectifs, le Gouvernement congolais s’appuie notamment sur le Chemin d’Avenir, le programme de société ayant permis au Président Sassou N’guesso d’être réélu à la Magistrature suprême en 2009.

 
haut de page

LISTE DE DIFFUSION